Le 18 avril 1906 : tremblement de terre de San Francisco

Ce jour là, à 5 h 12 du matin, un séisme de magnitude 8,2 frappa San Francisco. Les secousses furent ressenties de l'Oregon à Los Angeles, et à l'intérieur des terres jusqu'au centre du Nevada. Le bilan fut d'au moins 3.000 morts et 300.000 sans abris sur environ 400.000 habitants. Malgré les dégâts importants causés par le séisme et ses répliques, ce sont les incendies qui en résultèrent qui détruisirent le plus de structures. Ceux-ci se déclarèrent à plusieurs endroits de la ville, certains causés par des fuites de gazl, d'autres furent la conséquence de feux de bois allumés par des réfugiés et certains propriétaires mirent le feu à leurs propres immeubles afin de toucher l'indemnité d'assurance-incendie, après avoir été informés que leur police d'assurance ne couvrirait pas les dégâts causés par le séisme seul. Les conduites d'eau étant hors service, les pompiers municipaux eurent peu de ressources à leur disposition pour combattre les incendies. Plusieurs feux dans le centre-ville convergèrent pour former une fournaise gigantesque. L'incendie détruisit plus de 500 pâtés de maison de Van Ness Avenue près du centre jusqu'aux quais bordant la baie. Contrairement à une idée reçue, le maire Eugene Schmitz et le général Frederick Funston ne déclarèrent pas la loi martiale. En revanche, Schmitz signa un arrêté permettant à la police, aux patrouilles de milices et aux militaires de tirer sur les pilleurs, et quelque 500 personnes furent tuées ou blessées. Funston tenta de contrôler l'expansion de l'incendie en faisant exploser des pâtés de maison pour créer des coupe-feu. Le succès fut mitigé mais il semble avoir permis d'épargner l'ouest de la ville ...