Fusion n° 3 dans le projet Préfectoral

Malgré que le 25 mars, la CDCI ait rejeté l'amendement de la CCMT, le Conseil Communautaire du 3 mai a décidé, à une très large majorité ( 25 voix sur 30 ), de continuer le combat pour que notre Com-Com reste seule, telle " Astérix contre le reste de la Gaule " ( voir le billet du 3 mars : " # SDCI : le bras de fer " ).

Cette décision a fait l'objet d'un article paru en page 22 du n° 3.541 ( jeudi 12 mai 2016 ) de LA GAZETTE, que je vous invite fortement à lire ( ce n° est disponible jusqu'au jeudi 19 chez les marchands de journaux ).

Sa lecture a suscité une forte réaction de la part d'un habitant de la CCMT :

  • pour voir son billet sur FaceBook :

Cette réaction est compréhensible et je pense que, comme dit dans le premier commentaire de son billet, il serait temps de " mettre un terme à l'omerta et aux silences complices " !

Le président de la CCMT a beaucoup à perdre, à titre personnel, si la fusion se réalise.

En effet il y perdrait, très probablement, son mandat de Président ( j'imagine assez mal que, compte tenu de son opposition à cette fusion, il soit élu président de la nouvelle intercom ) et comme il est également directeur de Thiers Co, il serait contraint de démissionner de son poste de directeur car il n'est pas possible d'être à la fois élu et salarié du même EPCI et de ses communes membres.

Il lui resterait tout de même :

  • son mandat de maire de Celles s/ Durolle
  • son mandat de Vice-Président du Conseil Régional
  • un nouveau poste de fonctionnaire territorial hors la nouvelle intercom

et il pourrait espérer un poste de Vice-Président dans la nouvelle intercom ? ( un tel poste devrait, me semble-t-il, revenir au maire de La-Monnerie-Le-Montel, seule commune de la CCMT ayant voté pour la fusion )