__ VOLLORE - MONTAGNE __ GAZETTE DES MONTAGNARDS

 


lundi 16 janvier 2017

Le 16 janvier 1947 : Vincent Auriol est élu Président de la République

Le 16 janvier 1947 : Vincent Auriol est élu Président de la République.

Vincent Auriol naquit le 27 août 1884 à Revel ( Haute-Garonne ). Fils de boulanger, licencié en droit en 1905, puis docteur en droit, il exerça la profession d'avocat à Toulouse. Il milita à la SFIO dès sa fondation en 1905 et créa en 1908 un quotidien " Le Midi socialiste ". Il fut député de Muret ( Haute-Garonne )de 1914 à 1940, puis maire de cette même ville en 1925. De 1924 à 1926, sous le Cartel des gauches, il présida la commission des finances de la Chambre des députés et devint progressivement l'expert financier du parti socialiste puis un de ses principaux leaders. Ministre des Finances pendant le gouvernement du Front populaire, hostile aux accords de Munich, il fut l'un des quatre-vingts parlementaires à refuser de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, le 10 juillet 1940. En septembre de cette année, le gouvernement de Vichy le fit arrêter. Incarcéré à Pellevoisin ( Indre ) puis à Vals-les-Bains ( Ardèche ), il fut libéré pour raisons de santé et placé en résidence surveillée en août 1941. En 1942, il passa à la clandestinité et entra dans la Résistance. En 1943, il parvint à rejoindre Londres en avion. L'année suivante, il fut président de la Commission des finances de l'Assemblée consultative d'Alger. En 1945 il fut nommé ministre d'État par de Gaulle et en 1946 il devint président de la première, puis de la seconde Assemblée constituante, avant de devenir le premier président de la IVe République, fonction qu'il occupa jusqu'au 16 janvier 1954, fin de son septennat à l'issue duquel il ne se représenta pas. Il est mort le 1er janvier 1966 à Muret ...

dimanche 15 janvier 2017

Le 15 janvier 1622 : baptême de Jean-Baptiste Poquelin

Le 15 janvier 1622 : baptême de Jean-Baptiste Poquelin

Vraisemblablement né le même jour, ou la veille, il est le fils de Jean Poquelin, riche marchand-tapissier établi rue Saint-Honoré à Paris, et nommé tapissier du roi. Le 18 décembre 1637, il prêta le serment de tapissier royal, reprenant ainsi la charge de son père auprès de Louis XIII. On ne sait s'il exerça ou non ce métier, toujours est-il qu'en 1640 il fit la connaissance d'une famille de comédiens, les Béjart, et qu'il tomba amoureux de Madeleine, protégée du duc de Modène. En janvier 1643, il renonça à la charge de son père qui lui coupa les vivres. Madeleine Béjart accoucha d'une petite fille, Armande, que le duc de Modène reconnaît comme étant de lui. Le 30 juin est signé l'acte de fondation de l'Illustre Théâtre. En 1644, la troupe joue en province. En juillet ils sont de retour à Paris et Jean-Baptiste est devenu « Molière » et directeur de la troupe qui fera faillite en 1645. Molière fut emprisonné au Châtelet pendant quelques jours, avant que son père paie les dettes de la troupe pour le faire sortir. Sitôt libéré, la troupe partit en province. En 1658 il fit la connaissance de Corneille vieillissant et joua à Rouen avant de retourner à Paris en 1658 jouer devant Louis XIV une tragédie de Corneille ( Nicomède ) qui ennuie, et une farce ( Le Docteur amoureux ) qui fut un triomphe ( Il disposait d'un grand talent comique : sa voix et ses mimiques déclenchaient l?hilarité ). En 1660, le roi l'installa au Palais-Royal, où il donna " Sganarelle " et fut sacré par Baudeau de Somaize « premier farceur de France ». En 1662, il épousa Armande Béjart, de vingt ans sa cadette, avec qui il aura un fils Louis dont le roi fut le parrain. Le 17 février 1673, alors qu'il a bel et bien perdu la faveur de Louis XIV ( " Le Malade imaginaire " n'est pas joué à la cour ) il est pris de convulsions au cours de la quatrième représentation du " Malade imaginaire ", salle du Palais Royal, et expire quelques heures plus tard d'une congestion pulmonaire, chez lui et non pas sur scène comme le veut la tradition. Le clergé de Saint-Eustache ayant refusé de lui donner une sépulture chrétienne en raison de l'excommunication de tous les comédiens, Armande alla trouver Louis XIV en personne afin qu'il intervienne auprès de l'archevêque de Paris. Suite à cette intervention, ce dernier permis qu'il soit inhumé dans le cimetière Saint-Joseph à condition néanmoins que ce soit « sans grande pompe et avec deux prêtres seulement ». Il fut inhumé de nuit, de façon quasi-clandestine, le 21 février 1673 mais le cortège fut plus important que prévu, une foule de gens du peuple accompagnant son corps au pied de la croix ...

samedi 14 janvier 2017

Le 14 janvier 1875 : naissance d'Albert Schweitzer

Le 14 janvier 1875 : naissance d'Albert Schweitzer

Né à Kaysersberg, Albert Schweitzer passa son enfance à Gunsbach où son père avait été nommé pasteur lorsqu'il avait six mois. Il fut initié très tôt à la musique et joua de l'orgue paroissial dès l'âge de neuf ans. Le jour de Pentecôte 1896, il prit la décision qu'à l'âge de trente ans, il se consacrerait à un service purement humanitaire. Il passa ses doctorats de philosophie ( 1899 ) et de théologie ( 1900 ) à Strasbourg et devint pasteur de l'Église Saint-Nicolas de Strasbourg. En automne 1904, après avoir lu un article dans le " Journal des Missions Evangéliques de Paris " il décida de devenir médecin et d?aller à Lambaréné. En 1905, il débuta ses études de médecine à Strasbourg et en 1912 il suivit l'enseignement de médecine tropicale à Paris. Promu Docteur en médecine en 1913, il partit pour Lambaréné en compagnie d'Hélène Bresslau, institutrice, qu'il avait épousée en 1912. Citoyens allemands, ils furent mis en résidence surveillée dès 1914 par l'armée française et arrêtés en 1917, puis déportés et incarcérés comme prisonniers civils dans les Hautes-Pyrénées ( Notre-Dame de Garaison ) et par la suite à Saint-Rémy-de-Provence jusqu'en juillet 1918. De retour en Alsace, Albert Schweitzer se vit accorder la nationalité française peu après. Il resta en Europe jusqu'en 1924 puis retourna en Afrique où il reconstruisit et aménagea son hôpital de Lambaréné pour y recevoir des milliers de patients africains. En 1954, il inaugura le " Village Lumière " où il pouvait accueillir deux cents lépreux et leurs familles. Pour donner les conférences et les récitals d?orgue qui lui rapportaient les fonds nécessaires, il retournait fréquemment en Europe. Il fut un ami personnel de la reine Elisabeth de Belgique et d'Albert Einstein. En 1953, il reçut le prix Nobel de la paix 1952. Il est mort à Lambaréné en 1965 ...

vendredi 13 janvier 2017

Le 13 janvier 1913 : naissance de Gilbert Cesbron

Le 13 janvier 1913 : naissance de Gilbert Cesbron

Gilbert Cesbron naquit à Paris. Romancier, essayiste, auteur dramatique, il prenait pour toile de fond de ses récits des thèmes d?actualité : les prêtres ouvriers dans " Les saints vont en enfer ", la jeunesse délinquante dans " Chiens perdus sans collier ", l?euthanasie dans " Il est plus tard que tu ne penses " ou la violence et la non-violence dans " Entre chiens et loups ". C?est avec une tendresse et une sincérité évidentes qu'il se penche sur la misère, la souffrance, l?humiliation des classes les plus défavorisées. Sa notoriété s?affirma en 1948 avec " Notre prison est un royaume " qui reçut le prix Sainte-Beuve, ainsi qu?avec sa pièce la plus célèbre " Il est minuit, docteur Schweitzer ", publiée en 1952. En 1972, il se tourna vers l?action sociale et se trouva à la tête du Secours Catholique. En 1978, il reçut le Prix de la Ville de Paris pour l?ensemble de son ?uvre. Il est mort le 13 aout 1979 ...

jeudi 12 janvier 2017

Le 12 janvier 1903 : naissance de Pierre Brossolette

Le 12 janvier 1903 : naissance de Pierre Brossolette

Pierre Brossolette est né à Paris. Il fut reçu premier à l'École Normale Supérieure en 1922. En 1929, il adhéra à la Section Française de l'Internationale Ouvrière ( SFIO ). Journaliste au sein de plusieurs journaux ( l'Europe nouvelle, le Quotidien, le Progrès civique, les Primaires, Notre temps, Excelsior, Marianne et à la Terre Libre ), ainsi que le Populaire ( journal de la SFIO où il était rédacteur de politique étrangère ), il travailla également pour Radio-PTT, dont il fut licencié en janvier 1939 lorsqu'il s'opposa aux accords de Munich. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il rejoignit l'Armée avec le grade de Lieutenant, est fut promu Capitaine avant la défaite de la France. Hostile au régime de Vichy, il rejoignit le Groupe du musée de l'homme puis participa à la formation de groupes de résistance. Quand le régime de Vichy lui interdit d'enseigner, il ouvrit avec son épouse une librairie à Paris, au 89 rue de la Pompe, qui servit de lieu de rencontre et de « boîte aux lettres » pour les résistants. En avril 1942, il entreprit un voyage à Londres en tant que représentant de la résistance pour rencontrer Charles de Gaulle et travailla alors pour le Bureau Central de Renseignements et d?Action ( BCRA ). Parachuté à trois reprises en France, il contribua à unifier l'ensemble des mouvements de résistance de la Zone Occupée. Il fut aussi le porte-voix à Londres des combattants de l'ombre. Après avoir échappé plusieurs fois à des arrestations, il fut arrêté le 3 février 1944 près de Douarnenez alors qu'il rentrait à Londres ( la pinasse qui devait le conduire à une frégate britannique fit naufrage à cause du mauvais temps près de la pointe du Raz ). Emmené en prison à Rennes, il y restera jusqu'au 19 mars avant d'être reconnu et transfèré au quartier général de la Gestapo à Paris. Torturé pendant deux jours et demi, le 22 mars il profita d'un moment d'inattention de son gardien pour se jeter par la fenêtre de la chambre de bonne dans laquelle il était enfermé au 5ème étage. Gravement blessé, il succombera à ses blessures vers 22 heures à l'hôpital de la Salpêtrière, sans avoir parlé ...

mercredi 11 janvier 2017

Le 11 janvier 1907 : naissance de Pierre Mendès France

Le 11 janvier 1907 : naissance de Pierre Mendès France

Pierre Mendès France naquit à Paris dans une famille d'ascendance judéo-portugaise du nom de « Mendes de França ». Il fut bachelier à quinze ans et docteur en droit six ans plus tard. Il fit une entrée tout aussi précoce en politique en s'inscrivant à 16 ans au parti radical dans la mouvance des " Jeunes Turcs ". Député de l'Eure à partir de 1932, il fut le seul député à s'opposer à la participation de la France aux J.O. de Berlin de 1936. Secrétaire d'Etat en 1938, il élabora avec Blum un projet de réarmement qui fut repoussé par le Sénat. Lors de la déroute il fut de ceux qui veulaient poursuivre la guerre à partir de l'Afrique du Nord et il embarqua à bord du " Massilia " avec un certain nombre de députés et d'hommes politiques. Il fut arrêté le 31 août 1940 au Maroc. Evadé, il rejoignit la Résistance. Il fut ministre de l'économie à la Libération et mena une politique de rigueur. Président du Conseil de juin 1954 à février 1955, il mit un terme à la guerre d'Indochine, accorda l'autonomie à la Tunisie, et permit à l'Allemagne d'intégrer l'OTAN. Il tomba toutefois sur la question algérienne. Membre du PSA puis du PSU, il soutint Mitterrand lors des présidentielles de 1965, 1974 et 1981. Lors de son investiture à l'Elysée, ce dernier lui adressa ce mot : " Si je suis ici, c'est grâce à vous. C'est la justification de tant d'années dont vous avez été l'initiateur " ...

mardi 10 janvier 2017

Le 10 janvier 1862 : mort de Samuel Colt

Le 10 janvier 1862 : mort de Samuel Colt

Samuel Colt, né le 19 juillet 1814 à Hartford (Connecticut), a créé en 1835 le premier revolver " le Colt Paterson " ( ainsi nommée parce qu'il a été produit à Paterson dans le New Jersey ), une arme simple dans laquelle les charges sont logées dans un barillet, c'est-à-dire dans un cylindre rotatif percé de plusieurs chambres s'alignant tour-à-tour avec le canon et le système de percussion, permettant de très rapidement tirer les coups puis recharger. Les premiers " Colt Paterson " furent fabriqués en 1836 et vendus à la marine du Texas, jeune république qui venait de proclamer son indépendance et dont les Rangers étaient engagés contre les Mexicains et les Indiens ...

lundi 9 janvier 2017

Le 9 janvier ... 1500

Le 9 janvier 1500 : naissance de Diane de Poitiers

Selon certaines sources, elle serait née le 3 septembre 1499 ?



Elle épousa à l'âge de 15 ans Louis de Brézé, Grand Sénéchal de Normandie, son aîné de près de 40 ans.

En 1524, elle devint dame d'honneur de la reine Claude de France et, selon la rumeur répandue par ses détracteurs, la maîtresse du roi François Ier. Toujours est-il que ce dernier lui demanda, en 1530, de faire l'éducation de cour de son fils Henri alors âgé de 11 ans, dont elle deviendra la maîtresse vers 1538 ( elle avait vingt ans de plus que lui ).

En 1559, lorsque le roi est mortellement blessé la reine Catherine de Médicis lui interdit toute visite à son chevet et elle ne fut pas admise à ses funérailles.

Elle se retira au Château d'Anet où elle mourut le 26 avril 1566.

C'est peut-être sa quête d'éternité qui lui fut fatale : elle s'est probablement empoisonnée avec l'or qu'elle prenait pour tenter de rester jeune et belle

dimanche 8 janvier 2017

Le 8 janvier ... 1324

Le 8 janvier 1324 : mort de Marco Polo

samedi 7 janvier 2017

Le 7 janvier ... 1873

Le 7 janvier 1873 : naissance de Charles Péguy

Ecrivain mystique, il est né à Orléans dans une famille modeste : sa mère était rempailleuse de chaises et son père menuisier.

En 1885, il fut remarqué par le directeur de l'École normale d'instituteurs d'Orléans, qui le fait entrer au lycée d'Orléans, et lui obtient une bourse qui lui permet de continuer ses études. Il obtint son baccalauréat en 1891 et prépara ensuite le concours d'entrée à l'École normale supérieure. C'est à cette période qu'il devint « un anticlérical convaincu et pratiquant ».

En 1894, il intégra " Normale Sup " où il fut l'élève de Romain Rolland et de Bergson qui eurent une influence considérable sur lui.

Lors de l'affaire Dreyfus, il se rangea auprès des dreyfusards. Il fut le premier à employer le terme de " hussards noirs de la République " pour désigner les instituteurs. Il retourna au catholicisme entre 1907 et 1908 et pris part à deux reprises au pèlerinage de Chartres, en 1912 et 1913, sans pour autant devenir catholique pratiquant.

Lieutenant de réserve, il partit en campagne dès la mobilisation et mourut au combat au début de la première bataille de la Marne, tué d'une balle au front, le 5 septembre 1914 à Villeroy, près de Neufmontiers-lès-Meaux, alors qu'il exhortait sa compagnie à ne pas céder un pouce de terre française à l'ennemi.

Les emails sont protegés par la solution (raKoonsKy ) AntiVirus & AntiSpam Kaspersky ( http://antivirus-france.com )